Souhaitez-vous connaître les causes et les conséquences  du panaris ? Ainsi que les traitements pour le prévenir ou le guérir ?

Royal Lotus s’est penché sur le sujet pour vous donner plus d’éclaircissement. En bref :

Le panaris ou paronychie, comme on l’appelle aussi, est causé par des bactéries ou des champignons. Il est plus courant qu’on ne le croit et a tendance à être ignoré jusqu’à ce qu’il dégénère et se compliqueCertaines habitudes, telles que se ronger les ongles, la peau ou les cuticules (appelés onychophagie), augmentent les risques d’en souffrir. Elle se produit également à la suite d’une écharde, d’une coupure ou d’une blessure mineure qui entraîne une infection locale. 

Au sein de cet articlevous : 

  • saurez ce qu’est le panaris ;
  • connaîtrez les causes et les symptômes de cette infection ;
  • aurez accès à la thérapie pour prévenir ou lutter contre le panaris. 

panaris-plaies-germe-definition

Le panaris : qu’est-ce que c’est ?

Tout d’abord, le panaris ou patereccium est une inflammation qui touche les dernières phalanges des doigts ou des orteils. À la base, c’est généralement une infection causée par des pyogènes communs ou, parfois, par candida albicans. Ces microorganismes sont capables de pénétrer par de petites lésions du bout des doigts ou du lit de l’ongle (éclats, éraflures ou perforations). Ils sont couramment transportés avec la salive.  

Ensuite, les causes les plus fréquentes sont les manucures un peu trop excessives, les ampoules, les échardes, les piqures d’insectes. L’arrachement des petites peaux, les morsures, les rongements, même le fait de sucer peut prédisposer à cette infection. Le patereccium peut également apparaître en raison de la présence d’un ongle incarné. Ou d’une irritation chronique (par exemple, contact prolongé avec de l’eau et des détergents). En général, l’inflammation provoque une douleur lancinante, de la chaleur, un gonflement et une rougeur sur un côté ou sur le bord du doigt.

La réaction de défense naturelle de l’organisme consiste à induire une réaction inflammatoire locale. Le panaris est généralement aigu et évolue en quelques heures. Toutefois, des cas chroniques peuvent également se produire chez des sujets dont le système immunitaire est affaibli. Par exemple, les patients ayant subi une transplantation d’organe. Il peut aussi toucher ceux atteints d’une maladie systémique, comme le diabète sucré ou une maladie artérielle périphérique. bracelet jade

Les types de panaris sous la peau

 Selon les formes topographiques nous avons les panaris  : 

  • péri-unguéal (ou tourniole), avec risque d’arthrite et atteinte du tendon extenseur ;
  • de la pulpe du doigt et de la face dorsale du doigt ;
  • de la face palmaire des phalanges avec risque d’infection du tendon fléchisseur et de sa gaine. Une douleur à la pression du cul-de-sac proximal doit faire penser à un phlegmon des gaines avec risque de nécrose du tendon ;
  • en bouton de chemise  : deux collections (accumulation de pus) sont en communication transdermique. Le risque étant que la collection profonde ne soit pas détectée. 

paronychie-infectieuses-cutané

Étiologie du panaris

Les germes pathogènes sources de panaris sont généralement inoculés par une piqûre ou une griffure. Il s’agit le plus souvent de bactéries « commensales » de la peau. Sinon ils sont exogènes, introduits par l’épine ou une morsure par exemple Pasteurella multocida. Streptocoque viridans de la bouche ou de la mâchoire. 

Dans trois cas sur quatre une seule bactérie est impliquée, mais dans un cas sur quatre il y a co-infection par plusieurs germes. Un staphylocoque doré est responsable dans 65 % des cas (près de deux cas sur trois). Des streptocoques beta- hémolytiques sécrétant des toxines et détruisant rapidement les tissus sont en cause dans 15 % des cas. Des streptocoques viridans et des entérobactéries sont responsables dans 12 % des cas (Escherichia coli, Proteus spp…)

Pour bien traiter l’infection, le médecin et le patient doivent chercher à répondre à 3 questions. Pourquoi cette infection se produit-elle à cet endroit et à ce moment  ? Y a-t-il un facteur favorisant tel qu’une micro blessure, une attrition tissulaire ou un état pathologique préalable  ? Modalités d’infection : y a-t-il eu piqûre, par une aiguille ou une épine par exemple  ? 

Localisation, extension et fréquence  ? Si l’infection est à répétition (et/ou accompagnée de phlegmons), le patient est-il toxicomane. Ou est-il touché par un problème de diabète ou d’éthylisme. Le patient suit-il un traitement immunosuppresseur (corticoïdes, anti-inflammatoires non stéroïdiens) ? Est-il victime du sida ou peut-il être victime d’un cancer ?  

paronychie-mycose-infectieux

Comment se manifeste le patereccium ?

On associe souvent ses symptômes à l’apparition d’un exsudat d’origine inflammatoire (séreux ou purulent), recueilli dans une vésicule. Leur classification implique différents stades, de 1 à 3. 

  • Premier stade : c’est l’inflammation avec 3 signes classiques (rougeur, chaleur et œdème). Pendant cette phase, le patient n’a pas de fièvre. Cette phase est réversible, mais peut aussi évoluer vers la deuxième phase.
  • Deuxième stade: cette phase plus grave, est appelée aussi « phase de collecte ». Elle présente les mêmes symptômes que la première phase (signes d’inflammation), mais est plus prononcée. Les douleurs deviennent plus fortes et pulsatiles (comme le rythme du pouls) et donnent l’impression de «taper du doigt ». Les douleurs sont également nocturnes et peuvent entraîner des altérations. Puis viennent les symptômes du panadizo. Il est très important de soigner le voile (généralement par une petite intervention chirurgicale) afin d’enlever le pus.
  • Troisième stade : dite de «complication du voile». L’’inflammation se développe dans d’autres zones du corps. En général dans des zones proches du voile (avec plus de force et de profondeur) et d’autres zones plus éloignées. La bactérie peut se propager aux articulations avec risque d’arthrite, aux tendons, aux os avec risque d’ostéite etc. Dans les cas graves, la bactérie peut atteindre la circulation sanguine et on parle de septicémie. Une forte fièvre peut être le signe d’une infection généralisée.  

NB : Aux stades 2 et 3, il est toujours nécessaire de consulter un médecin. Certaines sources médicales distinguent le panadizo en deux stades : le panadizo superficiel et le panadizo profond. Dans la bile profonde (équivalente au stade 3), les zones affectées sont principalement les os, les articulations et les tendons. 

paronychie-lésion-douloureuse

Caractéristiques des différents types de panaris 

  • La paronychie : elle apparaît comme une panarisis sur le doigt après une manucure et un traitement des ongles infructueux. Elle peut aussi apparaitre après un dur travail physique. Cette infection se présente par un léger gonflement, une rougeur, un remplissage rapide de l’ongle entier. Ainsi que par la formation de pus, une douleur au niveau de l’emplacement de l’ongle. 
  • La panaricose sous-cutanée : due à l’infection de blessures profondes par arme blanche. La rougeur et la douleur locale deviennent intenses après quelques heures. Le gonflement devient important, la suppuration s’accompagne de frissons et de fièvre. 
  • La panaricose osseuse : lorsque l’infection se propage à partir d’une fracture osseuse ouverte ou d’une forme sous-cutanée de panaricose. Elle se caractérise par une destruction osseuse accompagnée de douleurs intenses, aspect bulbeux du membre affecté 
  • Le panaris sous les ongles : ou une complication de la panaricose sous les ongles, se caractérise par l’apparition d’une panaricose sur le pouce. Ceci peut être dû à la suite de blessures par perforation ou d’éclats. Il se présente par une douleur intense, formation rapide de pus, gonflement important, malaise général et fièvre. 

L’articulation se développe lorsqu’elle est infectée par des fractures ouvertes ou est une complication des espèces tendineuses. Sous-cutanée et osseuse, la douleur lors d’un mouvement, et un léger gonflement évoluent vers l’incapacité de bouger. Pour finalement former une fistule panarite tendineuse sur l’orteil ou tendovaginite purulente. Le gonflement uniforme, l’orteil plié vers l’extérieur, augmentent  l’intensité de la douleur lors des mouvements. Il peut être accompagné d’un manque d’appétit, de faiblesse, de fièvre, de délire et confusion. Le panaris est le type de pathologie le plus dangereux en raison de la vitesse de propagation du pus aux tissus adjacents. 

paronychie-écoulement-aiguë

 

Voies d’infection et facteurs de risque de cette infection

Le groupe à risque pour le développement de la maladie comprend les enfants. Elle affecte plus couramment 1, 2 et 3 doigts de la main droite.

Facteurs externes de développement de la pathologie : 

  • hydratation ;
  • vibration ;
  • macération ;
  • refroidissement systématique ;
  • action des substances irritantes ;
  • contamination. 

Facteurs internes de développement de la maladie : 

  • maladies et dysfonctionnements endocriniens ; 
  • affaiblissement du système immunitaire ; 
  • carences en vitamines ; 
  • métabolisme altéré.

traitement-médical-panaris

Classification de la panarisation

La classification de la panarisation est effectuée en fonction de la localisation et de la nature des lésions tissulaires. Ainsi, il existe la panarisation:

  • cutanée : une forme légère, du pus dans l’épaisseur de l’épiderme ; 
  • périnodontale : pus près de la tige de l’ongle ; 
  • sous l’ongle : pustule sous la plaque de l’ongle ; 
  • sous-cutanée : à la surface de la paume ; 
  • osseuse : accompagnée de pourriture osseuse ; 
  • articulaire : articulations interphalangiennes et métacarpo-phalangiennes ; 
  • os-articulaire : forme progressive de l’articulaire, affecte l’articulation et les os des phalanges ; 
  • tendineuse : la plus dangereuse, affectant les tendons. 

antibiothérapie-gros-orteil-panaris

Quelques complications observables en cas de contamination

En l’absence de traitement en temps utile, le processus de propagation de l’infection purulente affecte les fonctions vitales. C’est pourquoi il est nécessaire de consulter dès l’apparition des premiers signes.

  • Le traitement prématuré du panaris sur le doigt entraîne une pandactylite, qui peut nécessiter l’amputation du doigt ; 
  • l’affection des tendons et des articulations entraîne une perte de mouvement ; 
  • les lésions de la gaine du tendon entraînent un flegme de la main ; 
  • les lésions osseuses sont dangereuses avec le développement de l’ostéomyélite. 

enflure-virale-panaris

Quand faut-il aller chez le médecin ?

Un chirurgien, traumatologue, ostéopathe est engagé dans le traitement de la panaricose. Si l’on soupçonne une inflammation purulente, il faut consulter un chirurgien. Il établira un diagnostic précis et conseillera sur la manière de traiter la panaricose. 

Ce n’est qu’après avoir déterminé avec précision le type et la forme du panaris que le médecin décide de la manière de le soigner. Il est donc important de se soumettre rapidement à un examen. Le diagnostic commence par la collecte des plaintes et des symptômes de la pathologie.

La palpation de l’emplacement du pus, à l’aide d’une sonde à bouton permet de déterminer la forme de la maladie. La radiographie est effectuée afin d’établir les lésions des os et des articulations. Pour la forme articulaire de la maladie, on effectue la radiographie sur les mêmes doigts des deux mains (saine et affectée). 

panaris-très-douloureux

Les traitements possibles pour guérir de cette inflammation

Le traitement de la forme superficielle de la maladie s’effectue en ambulatoire. Cependant, dans le cas des formes profondes, il s’effectue dans un hôpital de chirurgie purulente. Le traitement consiste en une thérapie appropriée avec des antibiotiques ou des antimycotiques. Dans les cas graves, il est nécessaire d’inciser et de drainer toute collection de pus. Les premiers stades de la maladie impliquent un traitement conservateur darsonval.

Cela consiste à des procédures thermiques et UHF, bains de contention, imposition de compresses et de pommades médicales, médicaments antibactériens et antifongiques. Ensuite, si aucune dynamique positive ne se fait observer dans un délai d’une semaine, on prescrit une intervention chirurgicale. Les stades avancés des formes superficielles et toutes les formes profondes de pathologie nécessitent une intervention chirurgicale. La chirurgie de panarisation consiste à ouvrir et à drainer par un drainage complet, du contenu purulent. 

Le degré de préservation des tissus affectés sert de guide pour les tactiques d’intervention chirurgicale dans les formes osseuses et articulaires. La destruction partielle implique l’ablation de la panicule et des zones de tissus endommagés, et la propagation totale implique l’amputation. Dans ce cas, des thérapies antibactériennes, analgésiques et antitoxiques sont mises en œuvre. 

infectés-infection

Le traitement adapté en fonction du stade de la bile

  • Traitement du stade 1 : à ce stade précoce, un traitement topique est effectué sous forme d’antiseptiques. L’objectif est d’éviter de passer à la deuxième étape. Le patient peut utiliser un bain de Dakin préparé en pharmacie. La thérapie proposée par le médecin est de 3 à 5 bains de 10 minutes par jour (pendant lesquels on laisse le doigt submergé). Ensuite, on suggère l’utilisation d’une pommade ou un onguent à base de sulfobituminate d’ammonium (Ichthyol). Cela consiste à appliquer la pommade sur le paquet et l’envelopper d’un pansement renouvelé tous les jours.  
  • Traitement du stade 2 : des anti-inflammatoires viennent renforcer le traitement topique pour lutter contre la douleur et la fièvre. Le médecin peut également prescrire des antibiotiques par voie orale. Après ce traitement, le voile blanc disparaît généralement en quelques jours.  
  • Traitement du stade 3 : à ce stade avancé et potentiellement grave, le médecin propose un traitement approprié. La chirurgie et les antibiotiques oraux sont courants.  

porte-entrée

Le traitement de l’infection en phytothérapie  

Des plantes médicinales peuvent aider à traiter les infections. Dans le cas du panaris, il s’agit de la mauve. Cette plante peut être appliquée en compresse grâce à son effet anti-inflammatoire. Le cataplasme d’argile peut aussi contribuer au traitement de cette infection. Il suffit de mettre une couche de 1 cm de pâte d’argile, fixer avec un bandage de type gaze et changer toutes les 2 h. Il est conseillé d’enlever régulièrement la peau autour de l’ongle du doigt qui y pénètre en provoquant une infection. Des pierres comme l’unakite peuvent aussi participer au processus de guérison.

Conseils et préventions du panaris 

  • Évitez de trop vous ronger les ongles et la peau qui les entoure car ils sont souvent le point d’entrée des bactéries dans la salive.
  • Couvrez bien la plaie causée par le blanc pour éviter la surinfection et les complications qui en découlent.
  • Désinfectez tous vos instruments de manucure (avec de l’alcool à 70° par exemple). 
  • Evitez de cuisiner pour limiter la transmission des germes aux autres personnes (invités). 
  • Utilisez des gants pour certaines activités qui peuvent affecter la peau, comme le jardinage. 
  • Vérifiez souvent votre statut de vaccination contre le tétanos. 

furoncle-rougeurs-déformation

Les principes généraux du traitement du panaris 

Pour le traitement du panaris, il faut  : 

  • une anesthésie complète ; 
  • une exsanguination complète pendant la durée de l’opération ; 
  • l’élimination complète du pus et des tissus affectés ; 
  • une gestion adéquate de la période postopératoire ; 
  • une variante chirurgicale qui combine les principes fonctionnels et cosmétiques. 

contagieuse-maladie

Un traitement fait maison pour éradiquer les premiers symptômes du panaris

À la maison, vous pouvez faire des compresses, des bains, utiliser des racines dans le cadre du traitement, mais seulement après avoir consulté un spécialiste. Un bain quotidien de caractère fumant avec du manganèse peut être très efficace. Lors de la préparation des bains, il est important d’observer la température de l’eau : ni chaude, ni froide.

La couleur de l’addition de manganèse est rose claire. En premier lieu, les membres affectés doivent être placés dans la solution préparée pendant 5 à 7 minutes au maximum. Il faut ensuite éponger le membre avec un tissu propre ou un pansement stérile. Pour finir, il faut appliquer le pansement avec la pommade médicale prescrite par le médecin. Le bandage et le membre doivent être fixés solidement. 

 panaris-tendue

Royal Lotus associé au traitement du panaris 

Comme il s’agit généralement d’une infection d’origine bactérienne, les traitements complémentaires à base de plantes médicinales ont peu d’effet sur l’origine de la maladie. Ils contribuent cependant à soulager certains symptômes tels que la douleur. Royal Lotus ne vous laisse pas au dépourvu. En effet nous avons des gammes de produits pour le traitement du panaris. Nous vous proposons des cataplasmes d’argile ; de l’alcool selon le pourcentage recherché ; des gants sur mesures et d’autres produits. Faites un tour sur notre boutique en ligne et vous ne serez pas déçu. 

collection photophore

INSCRIVEZ-VOUS

En échange recevez un article gratuitement. En vous inscrivant vous allez obtenir un code promo utile pour recevoir votre article gratuit.

Merci pour votre inscription.