La maladie de Lyme fut découverte dans les années 1976 aux USA, dans une ville du Connecticut. Elle porte d’ailleurs le nom de cette ville : Lyme. Il s’agit d’une infection que transmettent les tiques. Les tiques sont ces parasites acariens qui provoquent chez leurs hôtes de nombreuses maladies par transmission d’agents pathogènes. Ces hôtes sont aussi bien des animaux que des humains. L’organisme humain est susceptible de développer des réactions allergiques à leur salive.

Bien qu’ils transmettent plusieurs maladies, la maladie qu’ils répandent plus dans les États américains est celle de Lyme. Au moins 49 États américains sont concernés. Cette maladie se trouve également dans d’autres pays comme la Russie, la Chine, le Japon ainsi que d’autres pays européens. La période dans laquelle la maladie se répand le plus est l’été et le début d’automne. Quels sont les symptômes et les causes de la maladie de Lyme, sont les modes de prévention de la maladie ? Quels sont les différents stades de la maladie et les moyens de traitement ?

tique-borréliose

Présentation de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est transmise par une tique préalablement infectée par le Borrelia Spp. La contamination a lieu lorsque la tique vous pique. Le Borrelia est un spirochète qui se distingue des autres bactéries par sa forme hélicoïdale. Au nombre des spirochètes pathogènes, on compte le Borrelia, le Treponema et le Leptospira.

Sur le continent américain, la maladie de lyme est provoquée par le Borrelia burgdorferi. Dans les pays européens et asiatiques, la maladie est causée par Borrelia afzelii, Borrelia burgdorferi et Borrelia garinii. La maladie touche beaucoup plus les enfants et les adolescents vivants dans les zones boisées. Aux USA, l’infection à rickettsies, la babésiose et la fièvre Borrelia ainsi que l’encéphalite due au virus Powassan sont aussi transmises par Ixode scapilar. Ainsi donc, lors de la transmission de la maladie de Lyme, la même bactérie peut transmettre d’autres infections. Les patients qui souffrent de l’un des maux transmis par cet Ixode peuvent donc développer d’autres maladies qu’il transmet.

Borrelia-Louisa

Causes de la maladie de Lyme

Aux USA, le cerf est l’hôte par excellence des tiques de cerf (sous forme de larves ou au stade nymphal). Les tiques de cerf sont scientifiquement appelées Ixodes scapulaires. Il est nécessaire de préciser que le cerf représente une source d’alimentation pour la tique adulte, mais il n’est pas porteur ou même transmetteur du microbe responsable de la maladie.

 Trois autres types d’Ixodes transmettent la maladie de Lyme. Il s’agit de l’Ixode pacificus dans le côté ouest des USA, de l’Ixode ricinus qui se trouve en Europe et en Asie et de l’Ixode persulcatus. Les chiens sont des hôtes circonstanciels de ces tiques et peuvent même être atteints de la maladie de lyme. Dans certaines régions européennes, les hôtes des tiques sont les moutons.

Après piqure d’une tique, l’endroit est souvent marqué par une tache rouge qui s’étend lentement. Généralement, on ne développe la maladie que si la tique reste au même endroit pendant un minimum de 36 heures. La bactérie Burgdorferi pénètre la peau par cet endroit. Dans un intervalle donné (entre 3 jours et 32 jours), la bactérie pénètre dans la peau par la zone de la piqure. Elle se propage ensuite par la voie lymphatique, puis survient l’adénopathie régionale ou alors se produit une dissémination par voie sanguine vers les différents organes ou vers des sites cutanés. Une réaction inflammatoire a lieu avant le commencement d’une réaction d’anticorps proportionnelle à l’infection.

Dans les pays européens, on enregistre plusieurs cas de la maladie dans le mois de septembre ainsi que celui de Mars. Probablement lors de ces mois, la saison est propice pour la prolifération de la bactérie.

maladie-borrélie

Les symptômes de la maladie de Lyme

Après la piqure de la tique et la transmission cutanée de Borrelia, la maladie de Lyme se développe en trois différentes phases. Ces phases sont chacune séparées par des périodes sans signes visibles de la maladie. Ces périodes sont qualifiées de phases asymptomatiques.

maladie de Lyme-arthrite

Phase primaire : localisation précoce

L’érythème migrant est une macule rouge, grande et surélevée qui apparaît à l’endroit infecté. Les régions du corps privilégiées par la tique sont : les cuisses, les aisselles, les fesses ou le tronc. Chez les enfants, il s’agit plutôt de la nuque, le cou et même le cuir chevelu. Ces zones sont donc régulièrement infectées. La tâche n’apparaît qu’entre 3 et 32 jours après la piqure. La tâche s’étend lentement, jusqu’à atteindre un diamètre de 50 cm. L’apparence de la tache varie d’un cas à l’autre. Parfois, elle est toute rouge ou encore plusieurs anneaux apparaissent autour de son centre qui est rouge.

L’érythème lorsqu’il migre ne provoque pas de réactions douloureuses ou des démangeaisons. Cependant, la zone atteinte est chaude lorsqu’on la touche. En outre, elle dure dans le temps. En absence de traitement, cette phase peut durer pendant des semaines avant que la tâche ne disparaisse entre 3 et 4 semaines. Près de 25 % des personnes infectées n’ont pas cette tâche. Par conséquent, ces personnes ne sont pas attentives à ce stade. C’est parce que les nymphes de la tique sont petites. Cependant, chez près de 75 % des personnes concernées, c’est une étape clairement visible.

Sans traitement adéquat, des macules plus petites peuvent apparaître sur d’autres régions du corps. Parmi les manifestations précoces de la maladie, on peut citer les céphalées, une fatigue constante, des douleurs musculaires, la fièvre, le gonflement et les maux d’articulation. Parfois, certaines personnes peuvent vomir. Elles peuvent avoir mal à la gorge ou au dos et leurs ganglions lymphatiques peuvent s’hypertrophier. Même si ces malaises durent quelques semaines, les symptômes sont pris à la légère, surtout en absence de macules visibles.

érythème-Frederick

Phase secondaire : diffusion précoce

Cette phase a lieu des semaines après la piqure. Parfois, elle apparaît des jours après la phase primaire. Entre ces deux phases, il y a donc une période asymptomatique. Les manifestations de la dissémination de la maladie sont visibles après diffusion de la bactérie dans tout l’organisme. Il se développe alors sur la peau, de petites lésions semblables à la première macule mais sans induration centrale.

Certains développent également des douleurs au niveau des articulations et même des arthrites. Des symptômes semblables à celles de la grippe aussi se manifestent. Il s’agit de frissons, des céphalées, de la fièvre, de la myalgie et de l’arthralgie qui peuvent durer des semaines. Chez 15 % des patients, des perturbations neurologiques s’observent des semaines après la migration de l’érythème. Ces changements durent des semaines puis se résorbent. De plus, il y a une douloureuse inflammation de la racine des nerfs situés sur la zone de la lésion principale. À ce stade, le patient peut souffrir de méningite.

Des perturbations cardiaques s’observent également chez un nombre réduit de patients. Certaines personnes tombent en syncope ou alors elles ont des palpitations et des douleurs thoraciques. En plus, elles peuvent souffrir de troubles pouvant entraîner des complications cardiaques. Cependant, de manière générale, les patients finissent par guérir de ces malaises.

Les symptômes ne sont pas spécifiques à la maladie de Lyme. Plusieurs autres maux se manifestent de la même manière. Donc, en absence de lésions dues à la migration de l’érythème, il est difficile de diagnostiquer la maladie. Certains patients présentent même des symptômes qui ressemblent aux manifestations de la fibromyalgie. Les symptômes finissent par s’estomper au bout de quelques semaines, voire des mois. Certains d’entre eux finissent par réapparaître à la phase terminale de la maladie.

bath- tique

La phase terminale : stade tardif

Après le stade secondaire, on observe une phase asymptomatique qui peut durer des mois. Enfin, le stade tertiaire s’annonce et survient plusieurs mois après le début de l’infection, voire des années. En effet, cette phase intervient entre 2 et 3 ans selon l’organisme de chacun. La majorité des patients développe l’arthrite durant le processus. Il s’agit de douloureux gonflements des grosses articulations. Ces patients ont des genoux gonflés et chauds au toucher. Ces manifestations s’accompagnent de fièvre, d’asthénie et de divers malaises. Selon les patients, la crise d’arthrite peut être intermittente ou chronique.

Des perturbations de la peau surviennent également à ce stade. On parle en langage scientifique, de « acrodermatite atrophique chronique » et de perturbations continues du système nerveux telles que la polyneuropathie, les formes faibles d’encéphalopathie accompagnées de troubles d’humeur, du sommeil ainsi que de la mémoire.

En outre, certains malades souffrent de maux tels que la fatigue, les maux de tête, les douleurs musculaires et même articulaires. Ils présentent également des troubles cognitifs malgré l’administration de traitements d’antibiotiques réussis. L’ensemble de ces symptômes est désigné dans le domaine médical par le thème « Syndrome de la maladie de Lyme Post-traitement ».

Certains patients sont diagnostiqués comme souffrant de la maladie chronique de Lyme, tandis que certains scientifiques restent perplexes. D’après ces derniers, on n’a aucune preuve concrète de l’existence d’une telle affection.

bactérie-transmission

Le diagnostic de la maladie de Lyme

Diagnostiquer la maladie de Lyme n’est pas une tâche aisée, car les malades comme les médecins ne connaissent pas suffisamment le mal. De plus, ses symptômes ne sont pas spécifiques. Cette maladie partage les mêmes symptômes que plusieurs autres maladies. Cependant, le diagnostic se base sur les symptômes cliniques observés.

D’abord, le médecin après examen du patient, effectue un enregistrement de son activité électrique : c’est l’électrocardiogramme. Durant cet examen, le médecin est souvent à la recherche de troubles comme celui de la conduction du ventricule. Ensuite, un examen neurologique est effectué. Il intervient généralement à la phase secondaire de la maladie. Elle permet de mettre en exergue la baisse de la sensibilité, la baisse de la force musculaire et l’abolition des réflexes dans la zone où se situe le nerf enflammé.

Comme pour toute maladie, la prise de sang est également effectuée. À ce stade, les procédés en laboratoire peuvent révéler la présence d’anticorps révélateurs d’une riposte de l’organisme à une infection bactérienne dans le sang. Le médecin peut également effectuer une ponction lombaire qui, en cas d’une atteinte neurologique du sujet, mettra en évidence la présence des anticorps dans le liquide céphalo-rachidien. Cette présence est une piste de diagnostic de la maladie de Lyme.

borréliose-responsable

Le traitement de la maladie de Lyme

Les moyens de traitement de la maladie varient en fonction du stade du sujet. Les substances incluses dans le traitement sont généralement la doxycycline, la ceftriaxone et l’amoxicilline. Les symptômes cliniques de la maladie sont sensibles aux antibiotiques. Plus vite la maladie est détectée, plus son traitement est efficace. Certains patients, du fait de leurs prédispositions génétiques souffrent toujours d’arthrite, même après l’éradication du virus. Dans ce cas, ils auront recours à la synovectomie arthroscopique. La stimulation cardiaque temporaire permet de réglementer les troubles liés au cœur.

Chez les enfants malades, le même traitement est préconisé, à l’exception de la doxycycline. De plus, les doses sont proportionnelles au poids et à l’âge.

borréliose de Lyme-ectoparasitose

La prévention de la maladie de Lyme

Pour empêcher les tiquesd’atteindre la peau et de les mordre, toute personne se trouvant dans une zone à risque doit prendre des mesures idoines. On parle de « Tick Bite Prevention » qui signifie ‘’prévention de la morsure de tique’’. Ces moyens sont : marcher sur les pistes et les sentiers, se couvrir complètement le corps (jusqu’au pied), mettez les bouts des pantalons dans vos chaussettes ou bottes mettez des chemises dont les manches sont longues.

Vous pouvez également mettre des répulsifs sur la surface de votre peau. Le diéthyltoluamide par exemple est un excellent répulsif. Toutefois, il doit s’appliquer avec précaution aux enfants pour éviter les réactions toxiques. La perméthrine appliquée sur les vêtements permet d’éradiquer les tiques. Dans une zone endémique, il est recommandé de chercher souvent si des tiques sont présentes sur votre peau, surtout sur les enfants et dans les zones les plus poilues. En cas de découverte de tiques, il faut d’abord les retirer de la peau de manière progressive. On les retire par traction sans les écraser, car elles peuvent transmettre des maladies. Il faut ensuite nettoyer la zone de la piqure avec de l’alcool. Il faut éviter l’application de substances irritantes pour désinfecter la zone. La vaseline par exemple est proscrite.