Comme son nom l’indique, l’emphysème pulmonaire est une affection des poumons. Elle résulte de l’inhalation des substances toxiques. Lorsqu’une personne est atteinte, elle a du mal à respirer ; c’est d’ailleurs le signe principal distinctif de cette affection pulmonaire. C’est une maladie grave dont les complications peuvent être fatales. Alors, il est important d’avoir un minimum d’information à son sujet afin de pouvoir se faire diagnostiquer tôt. C’est ce que vise le présent article qui s’évertuera à apporter plus de détail sur cette maladie.

Qu’est-ce que l’emphysème pulmonaire ?

Les poumons sont le siège de nombreuses affections d’origine aérienne. Les éléments toxiques qui proviennent de l’air s’accumulent dans les voies pulmonaires et finissent par déclencher des pathologies. Ces dernières sont multiples dont l’emphysème pulmonaire.

Définition et classification de l’emphysème pulmonaire

On désigne par emphysème pulmonaire une maladie respiratoire qui attaque les poumons spécialement au niveau des alvéoles. Elle peut également attaquer les bronchioles terminales dans les cas de forme plus grave de l’emphysème. Dans ces circonstances, le sujet atteint présente des difficultés respiratoires sévères.

Pour ce qui est sa classification, l’emphysème pulmonaire se trouve dans la catégorie des MPOC. On entend par MPOC, les Maladies Pulmonaires Obstructives Chroniques. En effet, l’emphysème est une maladie chronique et le plus souvent, affecte les deux poumons.

Par ailleurs, il est important de noter le mot « emphysème » de par son origine désigne une dilatation ou agrandissement. Alors, on peut comprendre également l’emphysème pulmonaire par une dilatation des alvéoles pulmonaires.

Comprendre les alvéoles et leur rôle dans l’organisme

On désigne par alvéoles pulmonaires, de très petites cavités sous forme de bulle d’air, présents dans les poumons. Ils jouent le rôle de lieu d’échange de gaz entre l’atmosphère et le sang. C’est une sorte de chambre à air gazeux. En effet, pendant la phase d’inspiration de la respiration, l’air inspiré s’accumule d’abord dans les alvéoles avant de transiter dans le sang par des procédés spécifiques.

Dans le poumon, on les localise au niveau des branches terminales des petites bronches (bronchioles). Ainsi, les alvéoles se présentent comme une ramification des bronches. Pour ce qui est de leur aspect, les alvéoles présentent une paroi dorsale élastique et étendue. Cette paroi a pour rôle de faciliter les échanges de gaz entre l’intérieur et l’extérieur des alvéoles. En effet, c’est au niveau des alvéoles que le sang fournit de l’oxygène (O2) aux tissus pulmonaires et en même temps récupère le dioxyde de carbone CO2 présent pour les convoyer vers l’extérieur.

Par ailleurs, il faut noter que le septa alvéolaire est une membrane qui sert à séparer les alvéoles les unes des autres. Le septa se présente comme une pièce fondamentale dans le dispositif des alvéoles. En effet, le septa a la capacité de faciliter les échanges gazeux. Ainsi, il permet à l’oxygène de passer assez facilement dans le sang.

Enfin, nous allons, sur les alvéoles, aborder la notion d’acinus. En effet, on désigne par acinus, un regroupement d’alvéole des bronchioles terminales qui se trouvent au niveau des voies aériennes inférieures.

Quel est le contexte épidémiologique de l’emphysème pulmonaire ?

L’emphysème pulmonaire prend de plus en de proportion dans le monde. On estime qu’environ 210 millions de personnes en souffrent dans le monde. Les décès dus à l’emphysème s’estiment à environ 3 millions de personnes par année. La proportion des hommes dans ce taux de décès est plus élevée par rapport à celle des femmes par le passé. Cela s’explique par le fait que les hommes fument plus que les femmes.

En effet, la consommation du tabac est la principale cause de l’emphysème pulmonaire. Cette tendance s’inverse progressivement de nos jours car il y a de plus en plus une grande proportion de femme qui fume. Ainsi, le nombre de décès lié à l’emphysème dans le rang des femmes tend à égaler celui des hommes.

Les causes de l’emphysème

On détecte l’emphysème chez des personnes qui s’exposent à des substances nocives et irritantes pour les poumons et ce pour une longue durée. C’est le cas par exemple des personnes qui sont accros au tabac. En effet, on retrouve dans le tabac des substances toxiques telles que le phénol, composés azotées et bien d’autres. Il en est de même pour les exposées aux fumées dégagées par les industries.

Toutefois, l’emphysème peut être d’origine héréditaire. En effet, un défaut de formation de la protéine Alpha 1-antitrypsine entraine un l’emphysème chez des sujets. Malheureusement, cette malformation est héréditaire. Ainsi, une personne peut hériter de l’emphysème. Cependant, il est important de préciser que cette manière de contracter l’emphysème est extrêmement rare.

Par ailleurs, il faut retenir que cette protéine joue un rôle important dans le bien-être des alvéoles.  En effet, elle permet une structure élastique de ces dernières tout en favorisant un bon échange gazeux. En terme simple, la protéine Alpha 1-antitrypsine permet aux alvéoles de se remplir d’air sans subir de dommage.

La physiopathologie de l’emphysème

Dans le monde médical, l’emphysème se définit comme une sorte d’agrandissement pathologique des espaces qui se trouvent loin des bronchioles terminales qui s’accompagne des lésions des parois alvéolaires. Ces lésions touchent aussi la septa dans bien nombre de cas. Ainsi, elles diminuent sérieusement la capacité des alvéoles à faire des échanges gazeux.

Cette réduction de la capacité des alvéoles à faire les échanges gazeux s’accompagne d’une diminution de la capacité du sang à s’oxygéner (oxygénation). Cela est donc responsable de plusieurs troubles respiratoires.

On remarque donc sur le plan anatomique, un plus grand élargissement des alvéoles qui a tendance à les regrouper en une seule structure.

Quels sont les différents types d’emphysème ?

Selon le type de localisation et la définition, on peut identifier plusieurs types d’emphysème pulmonaire. On peut citer entre autres :

L’emphysème pulmonaire centrokinique ou centrobulaire. Ce type d’emphysème présente comme spécificité, la destruction des acini centrales au niveau des lobules. Il peut s’agir d’un ou plusieurs lobules.

L’emphysème pulmonaire panacineux ou panlobulaire : il se caractérise par une destruction totale des bronchioles terminales. Il en est de même pour les acini périphériques et centraux. Cela peut concerner plusieurs lobules.

L’emphysème pulmonaire para septale : cet emphysème concerne les acini pulmonaires périphériques de plusieurs lobules. En effet, on parle d’emphysème pulmonaire para septal lorsqu’il y a une destructions ou altération de ces acini.

L’emphysème pulmonaire irrégulier : il se distingue par une lésion de quelques acini périphériques et centraux  des lobules. C’est pour cette raison qu’on le qualifie d’irrégulier.

L’emphysème aigu : elle est semblable à un cas d’asthme.

L’emphysème bulleux: il se manifeste par formation de bulles d’air dans les alvéoles.

Enfin l’emphysème interstitiel : avec celle ci, on remarque que l’air se stocke dans les alentours de la plèvre du poumon. Cela est dû le plus souvent à une forte toux.

L’emphysème pulmonaire sénile : elle se distingue principalement par un rétrécissement des poumons. Cela n’est rien d’autre que la conséquence directe du rétrécissement des alvéoles.

Par ailleurs, il est important de noter les lésions et dommages responsables de l’emphysème ne sont pas réversibles. En effet, une fois causée, on ne peut plus réparer intégralement ces différentes lésions alvéolaires.

Enfin, il faut retenir qu’on considère également des situations de rétrécissement des espaces alvéolaires ou une destruction de septa comme des cas d’emphysème. Aussi, on peut se retrouver dans des cas d’une plus grande dilatation (hyper dilatation) des poumons. Pour finir, la présence d’air dans les zones non conventionnelles du poumon est également des cas de cette maladie.

Les facteurs de risque liés à l’emphysème

Plusieurs facteurs peuvent constituer des éléments de risque pour les cas d’emphysème. On peut citer entre autres:

  • Le tabagisme est un facteur de risque très important pour développer l’emphysème. En effet, on détecte l’infections généralement chez les personnes qui s’abonnent au tabagisme. Cela concerne aussi bien les fumeurs passifs qu’actifs.
  • L’exposition aux substances toxiques est aussi un facteur de risque important. On la note chez des personnes qui travaillent dans les industries qui utilisent des substances chimiques toxiques pour l’organisme tel que l’azote par exemple. Aussi, les populations résidentes dans les zones des industries polluantes s’exposent aux risques d’emphysème car inhalent souvent des substances toxiques pendant la respiration. Il en est de même pour les fumées issues des véhicules et autres engins en circulation.
  • L’âge est le 3ème facteur de risque lié à l’emphysème. En effet, au fur et à mesure que l’âge avance, les tissus pulmonaires subissent une dégradation. Ils n’ont plus les mêmes capacités de résistance. On parle de dégradation physiologique des tissus pulmonaires. Cela a pour conséquence de fragiliser les alvéoles et les poumons.

Les signes cliniques de la maladie 

La difficulté à respirer (dyspnée) est le principal signe caractéristique de l’emphysème pulmonaire. Dans les cas les plus graves, on peut aller à presque une absence naturelle de respiration dans les cas les plus graves. On est alors obligé de se faire assister par un appareil respiratoire artificiel.

Au début de l’infection, la dyspnée apparait suite à un effort physique. Il peut s’agir des cas de sport ou bien d’autres activités. Au cours de ces activités, on remarque que la fréquence respiratoire du sujet augmente au cours de cette activité.

En plus de la dyspnée, on remarque des toux chroniques et une cyanose. De même, on peut noter une hyper inflation de poitrine. Enfin, on note une fatigue, de la fièvre, des difficultés à se déplacer et des troubles cardiaques.

Comment diagnostiquer l’emphysème pulmonaire ?

Plusieurs examens médicaux peuvent aider à diagnostiquer l’emphysème pulmonaire. On peut citer entre autres :

La radiographie du thorax

La radiographie du thorax permet de visualiser par effet du rayon X les différents organes présents dans le thorax notamment les poumons. Elle aide à faire de façon claire le diagnostic de l’emphysème pulmonaire. Cependant, elle peut ne pas être suffisante dans certains cas très graves.

Le CT scan

Le CT scan est plus complet que la radiographie du thorax. Il permet de faire un diagnostic clair et identifie les anomalies les plus graves.

Analyse des hémoglobines artérielles

Cet examen consiste à analyser un échantillon de sang qu’on prélève au niveau du poignet. Le laborantin exploite cet échantillon de sang pour mesurer la pression des gaz sanguins et pH du sang. Selon les résultats, il est en mesure de dire s’il y a emphysème pulmonaire ou pas.

La spirométrie : un examen éfficace 

C’est l’examen médical le plus réalisé pour détecter des affections pulmonaires dont l’emphysème. Il est assez rapide et permet d’identifier tout dysfonctionnement pulmonaire.

Les traitements efficaces contre l’emphysème

Il existe deux grands types de traitement contre l’emphysème pulmonaire. Il s’agit de :

Le traitement pharmacologique

Le traitement pharmacologique vise essentiellement à soulager ou réduire les symptômes liés à l’emphysème. Il ne saurait en être autrement car les dommages subis par les alvéoles sont irréversibles.

Le traitement chirurgical

La chirurgie intervient seulement dans les cas les plus graves. Elle consiste le plus souvent à enlever la partie endommagée des poumons. Le but est de l’aider à mieux fonctionne.